Extrait (6) Les jérémiades houblonnées de Jan

XV
Les jérémiades houblonnées de Jan

Voyant combien Jan dépérissait à vue d’œil, Frédéric l’emmena presque de force avec lui pour passer la soirée dans une taverne et se changer les idées. Mauvaise idée car Jan se mit à boire plus qu’il n’en avait l’habitude et fut pris de ce vin qui pousse certaines personnes à avoir des coliques de tristesse, c’est-à-dire parler, parler, de tout ce qu’il ont sur le cœur, en ressassant avec force jérémiades les avanies du jour, en s’accusant de tous les maux et surtout en empêchant tout changement de sujet de conversation. Cela faisait une bonne heure que Jan parlait dans toutes les largeurs possibles de sa disgrâce. Dame Charis, dans sa bouche rendue pâteuse par l’alcool, s’était transformé en un damkarisse qui commençait sérieusement à échauffer Frédéric. Intérieurement, il maudissait cette grimaude en culotte de soie et la rendait responsable de lui pourrir ainsi sa soirée. Mais ce qui était drôle, c’est que Jan contaminait de sa pesante tristesse non seulement sa table mais aussi les alentours. La grosse Marcelle s’était vite aperçue de l’ambiance exécrable qui y régnait. Elle avait apporté les premières boissons en murmurant : « Hé bin ! C’est pas la joie ici ! ».
Un peu plus tard, Frédéric avait essayé avec elle de donner un tour plus égrillard à la conversation.
— Marcelle, ma grosse adorée, tu vas bien changer les idées de mon ami pour ce soir, hein ? dis voir, s’il te plaît !
— Ah ça non, merci bien ! Autant baiser avec la pluie !
Et elle était repartie aussi sec dans un coin plus chaleureux de la taverne.
À côté d’eux se trouvaient d’autres clients autour de deux tables. La plus proche était composée de quatre autres jeunes gens. Le liséré bleu cousu sur l’épaule gauche de leur pourpoint indiquait qu’ils appartenaient à l’autre compagnie d’apprentis chevaliers (précisons ici qu’il n’y en avait que deux et que chaque compagnie possédait une vingtaine d’apprentis). Sur l’autre table se trouvait un vieux d’une quarantaine d’années, peut-être cinquante, exemple même de l’aventurier désargenté rendu un peu gueux par les circonstances de la vie. Il était cependant accompagné d’une belle créature. Était-elle noble ? Si les jeunes gens issus de la noblesse aimaient à fréquenter certains débits sentant un peu la sueur, il était plus délicat d’imaginer des donzelles ayant grandi dans la dentelle fréquenter de tels lieux. D’un autre côté elle n’avait rien non plus des manières d’une dégrafée, son maintien et une certaine grâce naturelle avaient au contraire tout de la grande dame. Et pour le côté donzelle, il fallait repasser : il s’agissait d’une femme dans la quarantaine, et ses restes étaient beaux et nombreux. À la rigueur une courtisane mais même pour cela, rien n’était sûr. Le vieux lui susurrait des paroles qui la faisait sourire et auxquelles elle répondait par un regard complice et quelques baisers. Des baisers tout ce qu’il y avait de plus chaste, pas en fourrageant avec la langue comme le faisaient les professionnelles que l’on rencontrait non loin de chez maître Bordier. Elle ne donnait pas l’impression d’être l’amie d’un soir mais plutôt une bonne amie qui mesurait ses gestes affectifs en fonction du public alentour. Le couple s’entendait bien et avait l’air de s’amuser. De quoi ? Privilège de votre serviteur qui voit tout, entend tout, sent tout et peut à tout moment pénétrer dans les appartements des Callaïdes pour les voir dans leur plus glorieuse intimité, nous pouvons vous révéler que l’homme faisait des commentaires quelque peu sarcastiques sur les jérémiades de Jan.
— Eh bien ! Je ne savais pas cette dame Charis capable de créer de tels benêts !
— Ne te moque pas, ce garçon est un peu ridicule, il est vrai, mais sa douleur a l’air d’être sincère.
— Sincère, je ne sais. Boursouflée par l’alcool, sûrement. Je n’en peux plus de ses « damkarisse ! damkarisse ! »
— Allons, sois indulgent. Tu n’as donc pas été ainsi quand à une certaine époque je feignais de te mépriser ?
— Non car au moins j’avais la décence de m’enivrer chez moi pour m’assommer le plus vite et, partant, ne plus me dolorer l’âme.
— Vision charmante. Je ne sais comment le prendre.
— Mais prends-le bien. Car sois sûre que je le faisais avec le meilleur vin, tu le méritais.
— Goujat !
Et un tendre baiser suivit.
On le voit, les plaintes de Jan ne prêtait pas trop à conséquence auprès de ce couple qui voyait là l’occasion de s’amuser tout en pensant à des souvenirs de leur jeunesse.
C’était en revanche moins le cas à la table des quatre apprentis chevaliers. Déjà parce qu’ils étaient juste à côté de deux confrères appartenant à la compagnie concurrente. Les apprentis étaient supposés se supporter entre eux mais infailliblement, lorsque des jeunes gens d’épées étaient regroupés au château, une rivalité s’installait et les poussait à se provoquer, voire parfois à dueller avec déraison. En voyant Jan et Frédéric à leur table, ils avaient décidé de s’installer juste à côté en prenant un air goguenard. Mal leur en prit car très vite le discours janesque sur la perte de damkarisse les effraya par son coulis immesuré de larmes et d’inepties. Frédéric commençait à avoir honte d’être en la compagnie d’un tel triste sire et les quatre autres n’arrivaient pas à se détacher de ce qu’ils entendaient pour parler de leurs propres préoccupations. Toujours, damkarisse se faisait entendre et captait leur attention et même de plus en plus car l’alcool aidant, Jan se mettait à parler de plus en plus fort, au grand amusement du vieux et de sa belle derrière.
À tel point que, l’alcool aidant aussi, un des quatre apprentis se mit à taper du poing sur la table, l’air mauvais.
— Mais j’y pense ! Cette dame Charis n’est-elle pas cette puterelle au con bourré de varices et qui se fait appeler ainsi dans le quartier du Palud ?

Diantre ! Que voilà une vile insulte ! Mais voyons le bon côté des choses puisque l’on peut gager qu’elle aura de quoi dégriser le malheureux amoureux et lui faire demander quelque nécessaire réparation. Reste à savoir si l’ami Jan aura la main assez ferme pour faire rentrer les paroles dans la gorge de l’insolent. Il faut l’espérer car je puis vous assurer que mes protégées n’ont certes pas de varices mal placées !

Gaspard Auclair

Laisser un commentaire