Sybil de Sidéro


Elle représente Zephixo, la blonde Callaïde de la mythologie incarnant la poésie, traditionnellement perçue comme la première des cinq Callaïdes, tant par la grâce que la beauté. Autant dire qu’être désignée pour la personnifier est aussi prestigieux que lourd à porter, il convient d’être à la hauteur, et cela n’a pas toujours été le cas dans le passé, avec des cas de fades blondines sans relief, tant de caractère que par le physique.
Avec Sybil de Sidéro, ce n’est certes pas le cas. Il y a de l’étoffe et pour ce qui est d’être belle, elle l’est, assurément. La Callaïde se partage d’ailleurs les préférences avec sa sœur, la brune Callaïde Charis de Verley. Quand elles traversent successivement un même corridor du château, on a pu remarquer après leur passage que se trouvait au sol à peu près la même quantité de bave masculine. Peut-être même… oui, un léger surplus après le passage de dame Sybil. Il est vrai qu’avec son visage angélique, sa grande taille et son corps légèrement en chair comme les beaux modèles de Vaccaro (que dame Charis vénère par ailleurs), elle a de quoi faire retourner aussi bien les têtes que les braguettes.

Visage angélique, avons-nous écrit. Du moins quand elle parvient à esquisser un léger sourire. Car d’ordinaire, son regard bleu de glace à de quoi refroidir les ardeurs. Pourtant, avec ses sœurs elle semble cordiale, familière, enjouée, notamment envers Aalis avec qui elle a partagé une chambrette lors de leur apprentissage à l’école de dame Adèle. Mais qui sait ce qui se trame réellement dans cette diable de jolie tête ? En vérité, les gens seraient bien surpris d’apprendre à quoi elle occupe ses soirées. Et ils le seraient encore plus de savoir avec quel homme, et dans quelles sombres circonstances, elle a commencé à tisser sa destinée…

Laisser un commentaire