Daikan

Dessin de Pierrick, sur Devianart

Définition du DRA (Dictionnaire Royal Académique) :
Daikan : nom masculin désignant un art de se battre à mains nues inventé au Shimabei. L’origine du mot vient d’ailleurs de dai, qui signifie « main » et de kan, « non armée ». C’est une pratique qui aurait été inventée il y a environ mille ans par des moines habitant la province de Wompo, la plus au nord du Shimabei. Elle a depuis été récupérée par les buraïs (voir notice pour ce terme). Lors des entraînements, le daikan (à prononcer « dayekanne ») se pratique avec un pantalon et une veste en toile rouge. Le blanc est réservé aux femmes nobles shimabies désireuses de le pratiquer. La pratique de cet art est interdite aux paysans.

Le daikan occupe une place mineure dans le second tome de Charis de la nuit qui débute avec un récit dans le récit se passant entièrement au Shimabei. Cependant, pour mineure qu’elle soit, elle n’est pas sans provoquer des sentiments contradictoires dans le cœur d’un jeune prince, pourtant bien content d’arborer sa nouvelle tenue de daikan décorée de belles brodures. Après, j’aurais vu ce qu’il a vu lors d’un fameux entraînement, je pense qu’il en aurait été de même pour moi. Il est certains êtres fait pour bistourner l’âme quelle que soit l’activité pratiquée.

Laisser un commentaire